Les chefs religieux du monde entier ont signé une déclaration pour éradiquer l'esclavage moderne

  • À l'occasion de la Journée internationale pour l'abolition de l'esclavage, plusieurs chefs religieux ont signé une déclaration commune stipulant que l'esclavage moderne, sous la forme de traite des êtres humains, de travail forcé et de prostitution, de trafic d'organes, et de toute relation qui va à l'encontre de la conviction fondamentale selon laquelle tous les êtres humains sont égaux et bénéficient du même droit à la liberté et la dignité, est un crime contre l'humanité, et doit être reconnu en tant que tel par tout individu et par toutes le nations.
  • Cet engagement commun vise à susciter, partout dans le monde, une action à la fois spirituelle et concrète parmi toutes les confessions et personnes de bonne volonté, afin d'éradiquer l'esclavage moderne
En savoir plus

VATICAN, le 2 décembre 2014 - Aujourd'hui, à l'occasion de la Journée internationale pour l'abolition de l'esclavage, le Réseau mondial pour la liberté (GFN - Global Freedom Network) a rassemblé des chefs religieux des confessions chrétiennes catholique, anglicane et orthodoxe, mais aussi bouddhiste, hindoue, juive et musulmane, qui ont publié conjointement un engagement humanitaire commun : éradiquer de manière définitive l'esclavage moderne, en tant que crime contre l’humanité, dans le monde entier d’ici 2020.

Lors de la cérémonie, une Déclaration conjointe des chefs religieux contre l'esclavage moderne a été signée par :

  • Communauté catholique : le Pape François
  • Communauté hindoue : Sa sainteté Mata Amritanandamayi (Amma)
  • Communauté bouddhiste : le Maître zen Thich Nhat Hanh (Thay) (représenté par le Vénérable Bhikkhuni Thich Nu Chan Khong)
  • Communauté bouddhiste : le Vénérable Datuk K Sri Dhammaratana, Grand prête de Malaisie
  • Communauté juive : le Rabbin Dr David Rosen
  • Communauté orthodoxe : Sa Sainteté le Patriarche œcuménique Bartholomée (représenté par Son Eminence le Métropolite Emmanuel de France)
  • Communauté musulmane : Mohamed Ahmed El-Tayeb, Grand imam d'Al Azhar (représenté par le Dr Abbas Abdalla Soliman, sous-secrétaire d'État d'Al Azhar Alsharif
  • Communauté musulmane : Grand ayatollah Mohammad Taqi al-Modarresi
  • Communauté musulmane : Grand ayatollah Sheikh Basheer Hussain al Najafi (représenté par le Cheikh Naziyah Razzaq Jaafar, conseiller spécial du Grand ayatollah)
  • Communauté musulmane : Cheikh Omar Abboud
  • Communauté anglicane : le Très honorable révérend Justin Welby, Archevêque de Canterbury.

Plusieurs chefs religieux se sont exprimés lors de l’événement et des messages vidéo de soutien à la cause ont été formulés par Sa Sainteté le Patriarche œcuménique Bartholomée et par le Grand ayatollah cheikh Basheer Hussain al Najafi, qui n'ont pas pu assister à la cérémonie mais sont tout aussi engagés dans la lutte contre l'esclavage moderne et la traite des êtres humains.

Des enregistrements vidéo de la cérémonie sont disponibles à l'adresse internet suivante : http://www.multivu.com/players/English/7391151-faith-leaders-eradicate-slavery/, ainsi que sur le site Internet du GFN : http://www.globalfreedomnetwork.org

En tant que l'un des partenaires fondateurs du Réseau mondial pour la liberté, Andrew Forrest de la Fondation Walk Free, a été témoin de cet évènement historique et a incité les organisations internationales et les chefs d'entreprise à se joindre aux chefs religieux dans la lutte contre l'esclavage moderne.

C'est la première fois dans l'histoire que les représentants des confessions chrétiennes catholique, anglicane et orthodoxe, ainsi que bouddhiste, hindoue, juive et musulmane se réunissent dans le cadre d’un engagement commun contre l’esclavage.

Déclaration commune des chefs religieux contre l'esclavage moderne

« Nous, soussignés, sommes réunis ici aujourd'hui dans le cadre d’une initiative historique visant à susciter une action spirituelle et concrète de la part de toutes les confessions et personnes de bonne volonté partout dans le monde, afin d'éradiquer de manière définitive l'esclavage moderne dans le monde d'ici 2020.

Aux yeux de Dieu*, chaque être humain est une personne libre, qu'il soit un garçon ou une fille, une femme ou un homme, et est destiné à exister pour le bien de tous en toute égalité et fraternité. L'esclavage moderne, sous la forme de traite des êtres humains, de travail forcé et de prostitution, de trafic d'organes, et de toute relation qui va à l'encontre de la conviction selon laquelle tous les êtres humains sont égaux et bénéficient du même droit à la liberté et la dignité, est un crime contre l'humanité.

Nous nous engageons aujourd'hui à faire tout ce qui est en notre pouvoir, au sein de nos communautés religieuses et au-delà, pour travailler ensemble pour la liberté de tous ceux qui sont réduits en esclavage et victimes de traite, afin de leur redonner un avenir. Aujourd'hui, nous avons la possibilité, la conscience, la sagesse, l'innovation et la technologie pour atteindre cet impératif humain et moral ».

*Le Grand imam d'Al Azhar utilise le mot « religions ».

Pour tout complément d'information, veuillez consulter le site Internet :http://www.globalfreedomnetwork.org

Des images et des vidéos gratuites de qualité professionnelle sont disponibles sur le site Internet du GFN : http://www.globalfreedomnetwork.org, ainsi que sur http://www.multivu.com/players/English/7391151-faith-leaders-eradicate-slavery/

Suivez-nous également sur les réseaux sociaux : Twitter @gfn2020 (#EndSlavery)

À propos de l'esclavage moderne

L'esclavage moderne consiste à priver systématiquement un individu de sa liberté ou à abuser de son corps, par exemple, en ayant recours à la mutilation ou au prélèvement d’organes, à des fins d'exploitation personnelle ou commerciale. Conformément à l'Indice mondial de l'esclavage 2014 publié par la Fondation Walk Free, partenaire du GFN, près de 36 millions de personnes sont actuellement victimes de l'esclavage moderne. Ces personnes ont perdu leur liberté et sont exploitées à des fins personnelles ou commerciales. Selon l'Organisation internationale du Travail, le montant total des bénéfices générés par le recours au travail forcé dans le secteur privé de l'économie mondiale s'élève à 150 milliards de dollars chaque année.  

Le Réseau mondial pour la liberté

En tant qu’organisation confessionnelle mondiale, le Réseau mondial pour la liberté revendique une vision et un objectif axés sur l'éradication définitive de l'esclavage moderne et de la traite des êtres humains à travers le monde. Il a été créé au Vatican, le 17 mars 2014. Le protocole d'accord et la déclaration commune instituant le Réseau mondial pour la liberté ont reçu la signature de représentants de la Villa Pia, du Lambeth Palace, de la mosquée d'Al Azhar et de la Fondation Walk Free.

Le Réseau mondial pour la liberté a défini six domaines d'action en vue d'atteindre ses objectifs. Il s'agit notamment de mobiliser les communautés religieuses, d'évaluer la chaîne d'approvisionnement en vue de conclure des accords d'achat éthiques, d'améliorer la prise en charge des victimes et des survivants, de plaider en faveur de la réforme et de l'application des lois, et de faciliter et promouvoir l'enseignement et la sensibilisation et de lever des fonds importants afin de mener à bien cette tâche.

Contact relations presse
CNC  Communications & Network Consulting
Max Hohenberg
max.hohenberg@cnc-communications.com
+49-172-899-6264
Marie von Bismarck
marie.bismarck@cnc-communications.com
+49-172-853-2927

Les traductions supplémentaires




Liens connexes

Global Freedom Network

Twitter